Message de S.E. Mgr MBUKA Cyprien, cicm

Evêque de Boma

A l’occasion de la fête de Noël 2001

 

"…Paix sur la terre aux hommes qu’il aime " ( Lc 2, 14 )

 

Chers frères et sœurs,

 

1. "…Paix sur la terre aux hommes qu’il aime " (Lc 2, 14). Telle est la partie essentielle du chant que des anges entonnent autour de l’enfant Jésus qui vient de naître. Nous chantons cela dans le gloria. Mais il faut le reconnaître, chacun de nous se sent gêné de pousser des cris de joie et d'allégresse en ces jours où dans le monde entier la paix est partout menacée ; tous les continents sont touchés par de grands conflits, de grandes incertitudes. Parmi ces peuples, les peuples africains se retrouvent, après des années d’espoir et d’illusion, perdus et aussi pauvres qu’il y a quarante ans. Tout se passe comme si l’Afrique indépendante s’était au départ trompée de modèle.

 

2. En plein coeur de l’Afrique, au carrefour de courants multiples et parfois opposés, la République Démocratique du Congo est depuis trois ans le théâtre d’un affrontement armé et meurtrier. Depuis des mois elle est à la recherche des voies et moyens lui permettant de retrouver la paix : c’est le projet du dialogue inter-congolais. Malheureusement les pourparlers piétinent. Pire encore, même dans nos propres quartiers, nos villages et nos familles la paix est précaire : un peu partout la misère, la pauvreté, les maladies, les palabres, les jalousies, les calomnies, les tensions entre voisins, les infidélités conjugales, les enfants de la rue, les accusations de sorcellerie, l’exploitation des faibles par les puissants, les injustices et la malhonnêteté semblent régner en maîtres.

 

3. Pourtant en ces jours de Noël, un seul son de cloche retentit dans nos oreilles : paix, joie, espérance, car Dieu est avec nous. Nous sommes invités à chanter au Seigneur un chant nouveau ( cf. Ps 95, 1). La Parole de Dieu insiste : " Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple : aujourd’hui, un Sauveur vous est né… " ( Lc 2, 10-11 ) ; " … aujourd’hui, sur vous, la lumière resplendit " ( cf. Is 9, 1 ). Le chant que nous exécutons est : " Gloire à Dieu au plus des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime " ( Lc 2, 14 ).

 

Chers frères et sœurs,

 

4. N’y-a-t-il pas de contradiction entre ce que nous vivons concrètement et la joie que chante Noël ? En fêtant Noël nous ne devons pas oublier notre vie concrète et la situation de nos frères et sœurs à côté de nous et même ceux qui sont au loin. C’est dans notre condition de vie, avec ses joies et ses peines, que nous accueillons le Seigneur qui vient pour nous sauver. Le message que Dieu nous adresse à Noël en son Fils parmi nous doit toucher nos coeurs et les transformer pour une action tangible et concrète.

 

5. La misère, la pauvreté, les haines et les conflits, c’est nous-mêmes qui en sommes l’origine. La paix, c'est aussi nous les hommes et les femmes qui pouvons l’établir dans ce monde; où que nous soyons, nous sommes invités à promouvoir la paix. La paix, c'est la réconciliation, c'est l'entraide, c'est l'entente, c'est l'attention les uns aux autres, c'est le respect mutuel.

 

6. Noël est une occasion pour chacun de nous de faire son examen de conscience : sommes-nous vraiment prêts à promouvoir la paix autour de nous ? A vous chers frères et soeurs, hommes et femmes politiques, hommes et femmes opérateurs économiques, hommes et femmes du service de l’ordre : êtes-vous prêts à vous engager sur le chemin de la concertation et du respect des personnes et de leurs biens pour une véritable reconstruction de la nation ? C'est à vous, chers compatriotes laïcs, qu'il revient en premier lieu de jouer le jeu politique et économique dans la justice, la vérité et le respect mutuel. A vous parents et enfants : quelle résolution allez-vous prendre pour bien fêter Noël dans la joie et l’espérance ? Pardon mutuel et solidarité en tout, voilà ce que le Seigneur vous demande. A nous tous : suivons le beau et courageux exemple de ces compatriotes qui gardent leur courage et qui sont animés de l’espérance. Dans leurs activités professionnelles ou familiales, ils accomplissent quotidiennement leur tâche avec amour et dévouement. C’est par eux que notre pays, nos villages, nos familles, traversés par tant d’épreuves, survivent d’une façon admirable.

 

7. Parce qu'elle est fête de la famille humaine, Noël est aussi la fête des malades, des pauvres, des marginalisés, des laissés-pour-compte, des mal-aimés. Parmi les nombreuses cartes de voeux qui m’ ont été adressées à l’occasion des fêtes de Noël, une d’elles m’a touché particulièrement. Je me permets de reprendre certains passages du texte qui l’accompagne : " chaque fois qu’on essuie une larme dans les yeux d’un enfant : c’est Noël ; chaque fois qu’on dépose les armes et qu’on ouvre ses mains : c’est Noël ; chaque fois qu’on force la misère à reculer plus loin : c’est Noël ; c’est Noël dans les yeux du pauvre qu’on visite sur son lit d’hôpital ; c’est Noël dans les mains de celui qui partage notre pain ". Oui, n’allons pas loin pour trouver le Fils de Dieu qui vient de naître : il est là où l’on se pardonne, où l’on arrange les palabres à l’amiable ; il est là où l’on respecte les personnes humaines ainsi que leurs biens ; il est là où l’on respecte et aide les aveugles, les boiteux, les sourds, les paralytiques, les muets. C’est en effet notre respect et notre aide qui leur permettront de voir, de marcher, d’entendre et de parler, de célébrer Noël dans la joie.

 

Chers frères et sœurs,

 

8. Noël nous apprend que pour vivre la paix, la joie et l’espérance il nous faut regarder vers le Fils de Dieu, qui nous enseigne les valeurs spirituelles de justice, de liberté, de réconciliation, de communion, de solidarité. Soyons des hommes et de femmes de prière : prière personnelle, en famille, en mouvement d’action catholique, en communauté chrétienne de quartier, de village, de sous-poste et de paroisse. C’est là que nous puiserons " la force d’un meilleur amour ".

 

9. Rendons grâce à Dieu. Tous ensemble, tournons-nous vers l’avenir dans la justice, la vérité et le respect mutuel pour faire de notre famille diocésaine, de notre société, de notre monde un espace où la fête de Noël est célébrée dans la paix, la joie et l’espérance de façon permanente. Ainsi, avec le Psalmiste, nous pourrons chanter en choeur : " De jour en jour, proclamez son salut, racontez à tous les peuples sa gloire, à toutes les nations ses merveilles ! Joie au ciel ! Exulte la terre ! La campagne tout entière est en fête. Les arbres des forêts dansent de joie devant la face du Seigneur, car il vient, pour gouverner le monde avec justice " (Ps 95, 2-3 ).

 

Joyeux Noël 2001

Bonne et Heureuse Année 2002

 

 

Donné en la Cathédrale Notre Dame de l’Assomption

Boma, en la veillée de Noël, le 24 décembre 2001