Ouverture de l’année pastorale 2002

Makuku matatu…

Tous solidaires pour bâtir notre Eglise

1. Le dimanche de l’épiphanie nous célébrons la manifestation du Fils de Dieu à toutes les nations. La première lecture, tirée du prophète Isaïe et la seconde, de la lettre de Saint Paul aux Ephésiens, affirment que tous les peuples sont appelés à former un seul corps dans le Christ et à vivre ensemble près de Dieu.

2. Dans nos crèches nous trouvons trois étranges personnages, silencieux et mystérieux : un Blanc, un Jaune et un Noir. Ils offrent des cadeaux au nouveau-né. C’est l’évangile selon Saint Matthieu qui nous rapporte cette histoire. Ces trois personnages sont qualifiés de « mages » ou parfois de « rois ». Ils sont partis de l’Orient pour aller adorer le Seigneur et lui apporter leurs présents. Après s’être révélé à des Juifs pauvres et incultes, maintenant le Fils de Dieu se fait visiter par des représentants des nations païennes, riches et cultivés. Alors que les autorités juives sont troublées par la venue du Seigneur, des ressortissants des nations païennes au contraire l’accueillent avec joie. Le message est clair : le salut de Dieu est adressé à tout le monde sans exception ; c’est en communauté que nous vivons notre foi ; l’appartenance à telle ou telle catégorie de personnes n’est pas en soi critère de salut, encore faut-il s’incliner avec reconnaissance devant le Maître de la vie.

3. Il y a exactement un an, dans son Exhortation Apostolique Novo Millennio Ineunte du 6 janvier 2001, le pape Jean Paul II invitait toute l’Eglise à aller de l’avant dans l’espérance. Chaque Eglise particulière devait se livrer à un examen de sa ferveur et trouver un nouvel élan pour son engagement spirituel et pastoral. Un an après : qu’avons nous fait ? L’année qui s’ouvre : que comptons-nous faire ? Ces questions s’adressent non seulement à l’évêque mais à tous les chrétiens du diocèse.

2001 : année de grâce et d’action de grâce

4. L’année 2001 a commencé par un événement insolite et triste : mon emprisonnement à la DEMIAP. Bien que malheureux, cet événement a été pour le Seigneur une occasion d’éprouver les siens et son Eglise qui est à Boma, et en même temps une manière de nous faire contempler son amour en œuvre parmi nous. Nous ne pouvons pas ne pas évoquer la chaîne de solidarité spirituelle et humaine tissée à partir de cet événement. Dans nos différences, nous avons fait l’expérience d’être tous frères et sœurs d’un même Père.

5. Si ce triste événement et le changement dans la direction du diocèse ne lui ont pas permis de définir un programme pastoral annuel, le diocèse a néanmoins récolté des fruits de ses engagements spirituels et pastoraux. Dans le cadre des vocations à la vie consacrée et apostolique, sans compter les divers aspirants et postulants, nous avons célébré, chez les Sœurs Servantes de Marie de Boma, deux jubilés d’argent, quatre professions perpétuelles et trois temporaires ; chez les Frères de Saint Joseph de Boma, quatre professions perpétuelles et une temporaire ; chez les Sœurs Servantes des Pauvres, une profession perpétuelle ; chez les Auxiliaires de l’Apostolat de Boma, une fille a été appelée pour un an ; quatre engagements temporaires dans l’Association des prêtres du Prado. C’est aussi au cours de cette même année que nous avons eu la joie de célébrer le 7è Chapitre Général des Sœurs Servantes de Marie de Boma, à l’issue duquel Dieu nous a donné une nouvelle équipe générale, conduite par Mère Bernadette Nzemba Phuati.

6. A cette page des faits heureux nous notons aussi le mariage religieux de 56 couples de la Légion de Marie célébré à Muanda Cité, de 17 couples du Renouveau célébré à Boma Christ-Roi et de 15 couples du Mouvement familial célébré à Lukula. Nous n’oublions pas les diverses célébrations des Mouvements d’Action catholique dont principalement celle de Nkangu Vuvu avec l’ouverture officielle de la Maison de Kangu et celle de la Ligue du Sacré-Cœur en session diocésaine à Lukula.

7. Signalons aussi les Journées Sacerdotales, du 2 au 4 octobre. C’était une occasion pour tous les prêtres œuvrant dans le diocèse de se retrouver autour de l’évêque dans la prière, la réflexion et la fraternisation. Le processus de discernement qui a conduit à des gestes de pardon et de réconciliation entre certains membres de notre presbyterium y a trouvé un heureux aboutissement.

8. Tous ces événements nous invitent avec raison à reconnaître les bienfaits du Seigneur sur son Eglise qui est à Boma. C’est un motif de joie et d’action de grâce. Mais à présent, tournés vers l’avenir, mettons-nous « en palabre » pour penser l’engagement pastoral de l’année qui s’ouvre devant nous.

2002 : Makuku matatu. Tous solidaires pour bâtir notre Eglise

9. Makuku matatu : telle est l’image-force du thème pastoral de l’année 2002. C’est cette réalité qui inspirera notre organisation pastorale. Nous savons tous ce que c’est le foyer « indigène » utilisé par les mamans pour la préparation de la nourriture. C’est un symbole suggestif pour nous. Le foyer rassemble, réchauffe, ranime, cuit, chasse et tue les bestioles nuisibles, etc. Il est généralement supporté par trois pieds ou piliers ( makuku ). Si l’un des trois pieds se détache, le foyer perd son équilibre et tombe inévitablement. C’est ainsi que la sagesse de nos ancêtres dit : « makuku matatu matelimina nzungu ». Cette référence à une réalité connue par la plupart d’entre nous, nous fera mieux comprendre le sens et la dynamique du thème pastoral de cette année. Il s’agit de former une seule famille au sein de laquelle chacun est appelé à jouer son rôle. Par là, nous voudrions insister sur la solidarité de tous dans la construction de notre Eglise.

10. Pour nous, ce regard culturel ne peut évidemment pas se passer de la référence chrétienne. La Sainte Trinité est l’éclairage indispensable dans la compréhension de l’Eglise comme une famille au sein de laquelle les membres, bien que divers, sont complémentaires en vue du bien de toute la famille. Le Dieu de Jésus-Christ est en effet Un en trois Personnes. Les trois Personnes sont solidaires pour un projet commun. Le témoignage des trois mages est riche de message. Bien que des nations différentes, les trois sont devenus des compagnons de route avec une unique et commune préoccupation : rencontrer le Seigneur, l’adorer et lui offrir leurs présents. Solidaires dans la recherche du chemin vers le Seigneur, ils sont engagés dans une démarche marquée par une profonde quête de Dieu. Saint Paul, dans sa lettre aux Ephésiens, illustre bien cette réalité : les dons que Dieu a fait à son Eglise, « ce sont des apôtres, des prophètes, des évangélistes, des pasteurs et catéchètes, afin de mettre les saints en état d’accomplir le ministère pour bâtir le corps du Christ, jusqu’à ce que nous parvenions tous ensemble à l’unité dans la foi et dans la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’adultes, à la taille du Christ dans sa plénitude »( Ep 4, 11-13 ).

11. Nous référant à l’image de la Sainte Trinité, éclairés par Saint Paul, suivant l’exemple des trois mages venus de l’Orient et forts de la sagesse de notre culture, nous voudrions souligner quatre idées-force pour l’année pastorale qui s’ouvre : solidarité, concertation, coresponsabilité et sens du bien commun.

12. Les Makuku matatu, les trois piliers du foyer diocésain  sont : les laïcs, les membres de la vie consacrés et les clercs. Entre eux il doit exister une saine inter-dépendance, qui suppose que les uns rendent compte aux autres, aussi bien dans l’engagement pastoral que dans la gestion financière. Dans le concret, nous nous efforcerons de mettre en valeur les Organismes de dialogue et de concertation : Centre Pastoral Diocésain, Commissions diocésaines et paroissiales, Conseils paroissiaux, Mouvements d’Action Catholique. Il s’agit de créer des espaces et des conditions qui permettent à ces Organismes d’être opérationnels.

13. Le 5 janvier 2002, une rencontre a rassemblé autour de l’évêque hommes et femmes, jeunes et adultes pris du laïcat, de la vie consacrée et du clergé. C’était l’occasion d’échanger sur le thème pastoral de l’année pour en faciliter la transmission à tous les membres du diocèse. La célébration du 6 janvier 2002, ouverture officielle de l’année pastorale, met en évidence la nécessaire complémentarité de tous les membres du diocèse dans la construction de l’Eglise. A cette célébration eucharistique sont présents des représentants des Commissions diocésaines, des Mouvements d’Action Catholique, du clergé et de la vie consacrée. Au cours de cette célébration sont bénis et distribués le Vade-mecum du prêtre diocésain, la brochure des Orientations et directives pour les Commissions diocésaines, l’annuaire diocésain et le pagne regroupant tous les Mouvements d’Action Catholique de notre diocèse. Ce rite est un envoi en mission.

14. Le Vade-mecum est un guide pratique pour la vie et le ministère du prêtre de notre diocèse. Sa finalité essentielle est de promouvoir la solidarité, la coresponsabilité, la concertation et le sens du bien commun. Les Orientations et directives pour les Commissions parlent des attributions et du fonctionnement de celles-ci. L’annuaire diocésain fournit quelques informations sur notre diocèse. Le pagne consacré aux Mouvements d’Action Catholique est une manière pour notre diocèse d’exprimer sa reconnaissance aux membres des Mouvements d’Action Catholique pour leur travail et témoignage évangéliques. Mais aussi une invitation à tous ces Mouvements à travailler ensemble, dans la concertation et le dialogue en vue du bien commun de toute la famille diocésaine. Par là, nous voulons que soient bannis tout esprit de compétition malsaine. Au contraire nous leur souhaitons de continuer à conjuguer leurs efforts pour animer la ferveur spirituelle de notre diocèse, de ranimer notre générosité pour une plus grande contribution aux besoins du diocèse et à l’assistance des nécessiteux.

15. Toujours pour concrétiser le thème pastoral de l’année, nous aurons à intensifier la pastorale de la famille. Nous comptons beaucoup sur le Mouvement familial pour la sensibilisation. Notre pastorale réservera une large place à des rencontres familiales pour aider à refaire l’unité des couples en détresse, promouvoir des célébrations des mariages des couples en attente, préparer des couples encore non décidés et organiser des célébrations jubilaires.

16. A la suite des trois mages venus de l’Orient, notre année pastorale devra être un véritable pèlerinage. Nous serons en route vers la crèche : paroisse, communauté ecclésiale vivante de base, sous-poste, communauté de quartier ou de village, Mouvement d’Action Catholique, communauté religieuse, chacun ayant à la main un cadeau pour le Seigneur. Dieu aime celui qui donne joyeusement ( 2 Co 9, 7 ). Il faut que notre année pastorale soit marquée par une chaîne de solidarité et de partage. Pour nous permettre de nous y préparer dès maintenant, voici le calendrier des quêtes spéciales à organiser dans toutes les paroisses, un dimanche au cours du mois indiqué ci-dessous.

Janvier (19 janvier) : Facultés Catholiques de Kinshasa

Février : Caritas diocésaine

Carême de partage : Pour l’évêque en vue des Besoins du diocèse

Avril ( 21 avril ) : Grands Séminaires

Août : Consacrés en Formation Initiale et Petit Séminaire

Septembre : Université Président Joseph Kasa Vubu ( Boma )

Octobre ( 20 octobre ) : Propagation de la Foi ( Eglise Universelle )

17. Ces signes et tant d’autres devront attester notre engagement chrétien. Les calendriers pastoraux au niveau du diocèse et des communautés locales devront traduire en termes des rendez-vous, des rencontres, des sujets de rencontres, des célébrations du thème pastoral de l’année : Makuku matatu. Tous solidaires pour bâtir notre Eglise. Nous souhaitons que l’enthousiasme et le dynamisme dont nous faisons déjà preuve soient vraiment le fruit d’une authentique solidarité entre nous tous, non seulement comme chrétiens catholiques du diocèse de Boma, mais comme personnes humaines appelées à composer avec tous sans distinction de race, langue, peuple et nation. Que chacun entre dans la danse sans exclure personne ni s’exclure soi-même.

18. Dans un an nous nous retrouverons ensemble pour évaluer le chemin parcouru. Chaque entité ecclésiale et pastorale aura à rendre compte du travail réalisé et à offrir au Seigneur le produit de son engagement. Tout au long de l’année, des évaluations partielles devront avoir lieu.

19. Tout en implorant sur chacun et chacune de vous les bénédictions du Très Haut, je vous invite au pèlerinage diocésain, guidés par l’étoile, les présents à la main, avec Marie notre Mère, en route vers le Seigneur pour lui offrir le meilleur de nous-mêmes. Nous soutiendrons notre marche par cette prière que nous réciterons chaque jour tout au long de l’année pastorale dans nos divers rassemblements.

Dieu notre Père,

Par le baptême, Tu as fait de nous tes enfants et membres de l’Eglise, ta Famille.

Dans la croissance de cette Famille,

Tu nous fais confiance en confiant à chacun sa tâche.

Tu sais ce que nous sommes.

Aide chacun de nous à remplir sa tâche à la manière de Marie notre Mère,

dans la pleine conscience de sa responsabilité et en collaboration sincère,

dans la vérité, la justice et le respect mutuel.

Solidaires, nous venons vers Toi, ô Père,

en compagnie de Jésus, ton Fils et notre Seigneur,

illuminés par ton Esprit créateur. Amen